samedi 9 juillet 2016

Féministe hardcore

C'est quoi, une féministe hardcore ?



C'est faire partie des femen et utiliser l'agressivité ?

C'est mener un combat actif, public, manifester ?

C'est s'engager dans le politique ?

C'est seulement avoir des conviction assez forte pour que ça dérange ?



Même pas, en fait. Je ne me maquille pas, je ne m'épile pas, je ne porte ni soutien-gorge ni chaussure à talon, je suis pour le droit d'avorter, je considère que ce n'est pas aux femmes d'éviter de sortir seule le soir mais qu'elles devraient pouvoir le faire sans craindre de se faire violer, et ça suffit à faire de moi une féministe hardcore aux yeux de certains. Dingue, non ?


Et alors, on va parler épilation.
Parce qu'on est d'accord : le poil, ça n'est PAS important. On s'en fiche complètement, chacun fait ce qu'il veut. Mais c'est, selon moi, un symbole assez évident de l'oppression féminine.

Chaque été, c'est les mêmes messages : "maintenant, les filles, on n'a plus le choix ! Il va falloir retirer tout ça !" (Scoop : en fait si, tu as le choix.)
Chaque été il y a des filles qui n'osent pas se mettre en maillot de bain parce qu'elles ne se sont pas épilées. Tu te rends compte de l'absurdité du truc ? Même en admettons qu'une fille trouve le poil moche. Elle adore se baigner. Et pourtant, elle va se le refuser, parce qu'elle a peur que des inconnus autour d'elle la trouve moche (alors que, soyons clair, c'est des inconnus, ils l'auront oubliée tout de suite après). Elle a peur que ses amis la trouvent moche (alors que, soyons clair, si ce sont de vrais amis, ils s'en contrefoutront). ABSURDE.


Jamais je ne pourrai oublier le jour où ma mère s'est ramenée avec un épilateur, et quand je lui dis que ce n'est pas la peine car je ne l'utiliserai pas, sa réaction est que "mais il faut s'épiler, au moins les aisselles !".
Quand je vais passer un entretien, elle me rappelle de retirer mes poils, parce que si je les gardais, ça serait un motif pour faire mauvaise impression.

Jamais je ne pourrai oublier le moment où un garçon de ma classe avec qui je discutais me raconte qu'un jour, il va voir son frère qui regardait une série. Dans cette série, attention, une femme avec une touffe de poils sous les bras. Alors il se dit "mais qu'est ce que tu regardes, là, c'est quoi cette série, c'est dégueulasse !", il détourne le regard et se dit que cette série ne vaut pas la peine d'être regardée.
On vit dans un monde où un spot de la Russie qui montre tout joyeusement leurs missiles s'abattre sur des maisons et des êtres humains comme si c'était génial, ça ne choque personne ; où les films avec de la violence, même fictionnelle, ça ne choque personne ; mais où une aisselle féminine poilue fait détourner le regard avec dégoût et mépris.


Et, évidemment, c'est une obligation féminine.

RAAAAAH.



Cet article n'a rien de novateur, mais je crois que tant qu'il y a aura une pression sociale forte poussant la femme à s'épiler sans réfléchir et même contre son envie, il sera nécessaire de le répéter.


Je vous laisse avec des vidéos sur le sujet très bien faites, tout d'abord le premier épisode de la série "Poilorama" par Arte Creative qui traite particulièrement du poil du pubis féminin, que je vous invite à regarder, et une vidéo de Solange te parle parce qu'elle est géniale, sur le poil pubien féminin également.





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

À chacun de tes mots une étoile se crée