mercredi 14 décembre 2016

Les langues qui chantent dans mon coeur

Il n'y a pas longtemps, Bettallumette elle a fait un article sur les langues. Et d'une part je l'ai trouvé très beau et bien écrit et intéressant, d'autre part j'adore les langues. Alors ceci est ma participation à l'amour des langues.

Tiphaine elle nous parle du polonais duquel elle est amoureuse et de toutes les langues qu'elle parle/a parlé/apprend (dont celle-ci).
Sauf que la langue pour moi ce n'est pas juste un apprentissage, un discours. C'est surtout toute une musique, un phrasé, un rythme, des sonorités, des consonnes imprononçables ou chuintantes, de la douceur et de la précision. Une langue c'est une façon unique de parler le monde.

Je suis musicienne et la musique de la langue ça m'enchante.


Il y a la musique du français parce que je suis née avec. Une partition que je connais tant et si bien qu'elle me parait dénuée de tout caractère, parfois. C'est l'intuitif, ce qui vient tellement naturellement qu'on ne le remarque même pas. Sauf au moment où on tourne et retourne un mot dans sa bouche jusqu'à ce qu'il soit dénué de son sens et qu'il ne reste plus que la coquille du son qui se heurte aux dents. Sauf au moment où ça devient de la poésie et que Boris Vian et Paul Eluard s'en emparent pour lui faire dire ce qu'elle ne disait pas. Sauf au moment où Keny Arkana le martèle.

Il y a la musique du breton parce que j'ai grandi avec. Les phrases dans lesquels on peut choisir l'ordre des mots, et ça voudra dire quelque chose de différent. Les noms de villages qui commencent par Ker, de ville qui commencent par Plou et finissent par en. Les sonorités que seuls ceux qui le parlent apprécient et savourent. Il y a les fest noz, et même si c'est kitsch, j'aime bien. La musique traditionnelle inscrite en filigrane dans les tympans.

Il y a la musique de l'anglais parce que j'aime cette langue d'amour. C'est la seule autre langue que le français dans laquelle j'arrive à penser aussi, même si je pense avec plein de fautes. C'est la langue qui rend le monde entier accessible. C'est du miel, c'est coulant, c'est fluide et souple l'anglais. C'est tout bleu gris sombre. Ça fait des vagues. Et puis c'est la langue de Thoreau de Woolf de Xavier Rudd de Wes Anderson et de tas d'autres personnes qui en font de la musique géniale. Parce que oui : à mes oreilles, l'anglais et une dans langues les plus chantantes qui soit.

Il y a la musique de l'italien qui me rappelle Amantea et la famille et les vacances. C'est la musique du soleil, mais pas n'importe lequel, le soleil de la méditerranée qui pèse sur les âmes. L'italien c'est un peu comme la musique irlandaise dans ma tête, il y a quelque chose d'extrêmement joyeux et quelque chose mélancolique d'extrêmement triste qui se mélangent harmonieusement. L'italien c'est la musique de Figli di Madre Ignota et de Modena City Ramblers.

Il y a la musique de l'hébreu et la solennité qu'il apporte avec lui, cette gravité qui semble venir du fond des âges. Dans toutes ces saccades il y a les grains du désert et le flux de la rivière. L'hébreu ça parle tellement à mon coeur, c'est si beau l'hébreu. L'hébreu il m'emporte loin quand j'écoute Orphaned Land.

Il y a la musique de l'arabe et son hermétisme. C'est imprononçable, c'est incompréhensible, c'est une culture tellement lointaine. Et pourtant l'arabe m'appelle. J'ai essayé d'apprendre l'arabe un court temps, je ne pouvais rien lire rien dire j'ai arrêté, j'aimerais m'y remettre. Je pensais que l'arabe ce serait le paragraphe où j'aurais le plus à dire et au final je me retrouve sans mots, parce que l'arabe ça fait écho à quelque chose d'intime en moi peut-être. L'arabe c'est 28 consonnes et des quarts de ton, autrement dit des sons que tu n'imagine même pas exister si tu ne les entends pas. L'arabe il me fait pleurer quand j'écoute Joujma ou des chants coraniques.

Il y a la musique du japonais, aaah le japonais si particulier. Toutes les langues sont uniques mais mon esprit lui décerne la palme de la particularité. Le japonais c'est beaucoup plus que des sons qui paraîtront caricaturaux mais magnifiques quoi qu'il arrive, c'est une façon de parler qui ne ressemble en rien à ce qu'on connait en Europe. Essayez donc de parler avec l'intonation japonaise, vous verrez comme c'est bizarre. Il y a ces exclamations étonnantes, ce mystère. Le japonais c'est un conte, comme dans les Ghibli ou dans la voix de Kokia.

Il y a la musique du russe, qui réchaufferait n'importe qui en Sibérie. Dans mes oreilles c'est une langue toute chaude, c'est une langue de danse avec plein de gens qui te sont proches, c'est un rappel à la simplicité. C'est une musique qui te prend par le bras et qui t'entraîne. C'est la musique d'Arkona. Il y a aussi le géorgien et je le met dans le même paragraphe parce que mon oreille n'est pas assez formée et habituée à ces langues pour ne pas les mettre dans un grand bol commun. Le géorgien il fait sourire avec le trio Mandili.

Il y la musique du roumain qui, malgré que je ne connaisse rien à cette culture et à cette langue, rappelle la maison. Quand je l'entend je me sens bien, apaisée. C'est la musique de Shantel.

Il y a la musique du turc, qui fait onduler les hanches, qui donne envie de thé à la menthe et qui a un goût un peu douceâtre et écoeurant mais tellement doux que tu en veux encore. C'est la musique d'Erkin Koray.

Il y a la musique de l'allemand, et selon qui le parle ça peut être complètement rêche ou une légère caresse. Pour preuve, c'est la musique de Rammstein et aussi de Faun.

Il y a la musique de l'espagnol, que j'ai appris au lycée et qui garde toujours pour moi un peu ce goût de contrainte et de laideur. L'espagnol ça ressemble à l'italien et pourtant dans les sonorités c'est l'anti italien. L'espagnol c'est la musique de Crisalida et de Shakira.

Il y a la musique du finlandais qui ressemble à la langue des elfes. C'est cristallin, tu ne sais pas d'où ça vient, on dirait de la magie. Les r roulent et les j se font y et ça n'a rien de commun avec les autres langues scandinaves c'est tellement plus beau. C'est la musique neigeuse de Nightwish et viking de Ensiferum.

Et puis il y a aussi la musique de l'hindi du chinois du grec du suédois du mongol du helvète du coréen et d'autres langues aux consonances africaines dont je ne connais même pas le nom qui font rarement mais significativement leur apparition de temps en temps dans mon cerveau.



J'ai souvent l'impression que quand on demande aux gens quelle musique il écoutent, beaucoup répondent "de tout". Mais j'ai surtout le sentiment que pour eux, "tout" c'est "tout ce qui est occidental", voire encore plus restreint. Leur "tout" ça peut être énormément de styles différents, mais pourtant inscrits dans une même culture et avec quelques langues seulement. Et pourtant rien que la musique des mots et de l'intonation et du rythme des phrases c'est beaucoup.

Bref, même si finalement je ne parle que peu de langues, je vis avec plein de langues dans mon cerveau et je trouve ça cool.


Et toi avec quelle langue tu vis en bruit de fond ? Tu peux me faire découvrir des musiques avec ces langues qu'on n'écoute pas souvent par ici en France ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

À chaqun de tes mots un étoile se crée